À l’Est la guerre sans fin, 1918-1923

Musée de l’Armée

Dates de l’exposition

Du 5 octobre 2018 au 20 janvier 2019

Nos missions

Relations presse
Conseils en partenariat

Découvrez le dossier de presse

Télécharger
À l’Est la guerre sans fin, 1918-1923
© Julie Linotte

À l’Est la guerre sans fin, 1918-1923 Exposition du 5 octobre 2018 au 20 janvier 2019

Le 11 novembre 1918, l'Europe de l'Ouest soupire de soulagement ! Le conflit le plus meurtrier de l'Histoire vient de se terminer. Cependant débute, à l'Est et au Proche-Orient, une période méconnue de l'Histoire, faite de violence et d'instabilité, conséquence de la dissolution des empires et du règlement du conflit mondial. Révolutions, guerres civiles, modifications des frontières et création de nouveaux États, la guerre se poursuit jusqu'en 1923.
Cinq traités mettent fin à la Première Guerre mondiale. Seulement, comment faire la paix après de très dures années de guerre ? Les grandes puissances victorieuses sont loin d'être d'accord entre elles. Les cas de l'Europe centrale et orientale comme celui du Levant sont particulièrement complexes. À peine conclus, les traités sont-ils critiqués et contestés.
Ainsi révolutions et guerres civiles bouleversent l'Europe de l'Est et le Levant. La France, forte de sa prépondérance militaire retrouvée, tente de mettre en place un nouvel ordre européen et levantin.
Intervenant de multiples manières, y compris militaire, elle se pose en garant des traités et de la stabilité politique. Elle pèse activement sur le règlement des conflits et contribue à former les armées des États dont elle soutient l'action.

© Muzeum wojska polskiego (musée de l’armée polonaise)
© Paris – Musée de l’Armée, Dist. RMN – Grand Palais / Emilie Cambier
De l’Empire ottoman à la Turquie actuelle
© Paris - Musée de l’Armée. Dist. RMN-Grand Palais / Émilie Cambier

De l’Empire ottoman à la Turquie actuelle

Avec la signature du dernier traité de paix à Sèvres le 10 août 1920, la situation politique et militaire au Levant est bouleversée. La dislocation de l'Empire ottoman provoque les velléités d'indépendance des entités nationales arabes, arméniennes et kurdes. Les Turques nationalistes, qui n'acceptent pas les revendications arméniennes et kurdes, se battent pour imposer le principe d'autodétermination du peuple turc en Anatolie.
Le général Mustapha Kemal Pacha le futur Atatürk, à la tête des troupes nationalistes turques, remporte de nombreuses victoires militaires sur les Arméniens en 1920, les Français en 1921 et les Grecs en 1922 et établit des relations diplomatiques avec la Russie soviétique. Il obtient des puissances Alliées, le 24 juillet 1923, la signature du traité de Lausanne qui permet l’émergence du seul Etat-nation du Levant, la République de Turquie.

Voir le projet